Actualités

Mauritanie : Un membre du gouvernement fait la promotion de la politique migratoire du pays

La ministre déléguée auprès du ministre des affaires étrangères et de la coopération chargée des affaires magrébines, africaines et des mauritaniens de l’étranger, Mme. Khadijetou Mbareck Fall a affirmé que la Mauritanie a mis en place depuis 2011 une stratégie nationale pour la gestion des migrations, selon une approche participative qui suggère l’intégration des dimensions développementales de la migration, l’encadrement de ses différents phénomènes, et laprotectiondes migrants dans des situations vulnérables.

La ministre a souligné dans une allocution prononcée devant la Conférence Ministérielle Africaine sur la Migration qui se tient actuellement à Rabat, que la Mauritanie a ratifié les principales conventions internationales sur la migration et partage avec ses frères dans l’espace africain, l’intérêt commun de la nécessité d’une participation active au dialogue international lancé par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) sur cette question.

‘’La Mauritanie partage la vision selon laquelle aucun gouvernement, quelque soient les moyens mis en œuvre, ne peut à lui tout seul gérer efficacement la migration dans toute l’étendue de sa complexité et, que, seule la coopération internationale et les partenariats avec toutes les parties prenantes, y compris les organisations internationales, la société civile, les communautés locales, permettra de faire face efficacement à la gouvernance de la migration. Cette prise de conscience est désormais largement partagée’’ a indiqué Mint Mbareck Fall.

S’agissant de la migration de transit à partir de nos côtes, nous pouvons affirmer que ce flux est aujourd’hui totalement maîtrisé, notamment par une surveillance accrue des frontières en général et maritimes en particulier, associée à la généralisation de l’enregistrement biométrique des personnes qui séjournent en Mauritanie. L’efficacité du dispositif de surveillance mis en place à Nouadhibou a ainsi mis les migrants à l’abri de la violence généralisée commise par les bandes criminelles, les réseaux de traite et de trafic a-t-elle precisé.

Selon elle, La prise en charge de ce reflux massif de migrants en transit pour l’Europe bloqué en Mauritanie a constitué pour nous un défi humanitaire sans précédent ;Mais aussi une opportunité pour mon pays, qui n’était pas suffisamment préparé à la gestion de masse de ce phénomène multidimensionnel, pour mettre à jour son dispositif institutionnel et règlementaire.Là aussi, j’aimerais saluer le travail d’accompagnement de l’OIM aux côtés d’autres partenaires techniques et financiers.

Pour terminer mon propos, j’aimerais souligner que la gestion efficiente de la migration restera insuffisante tant que toutes les parties prenantes notamment les gouvernements ne s’engagent pas franchement et concrètement en faveur du respect des droits de l’homme des migrants conformément à leurs engagements internationaux en la matière. Je souhaite à ce niveau synthétiser en formulant les propositions suivantes :

  • Renforcer la coopération internationale en matière migratoire en perspective de l’adoption du « Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières » en 2018.
  • Continuer le dialogue au niveau régional et international pour développer et améliorer des réponses globales, régionales et nationales pour aider les pays exposés à renforcer leurs capacités de gestion des migrations.
  • Aider les gouvernements à promouvoir des politiques publiques en matière de migration qui prennent en compte tous les aspects liés à ce phénomène.
  • Encourager la société civile à s’impliquer davantage dans la prise en charge sociale des migrants et en particulier des femmes et des enfants, en augmentant l’appui technique, financier et institutionnel en sa faveur à travers des actions de coopération multilatérales.

 

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *