Actualités

Mauritanie : Les pro-Bouamatou se réorganisent à la faveur du retour de Biram

Le clan Bouamatou, l’homme d’affaires mauritanien établi à l’étranger se mobilise à travers des actions de communication et de relations publiques menées par le président de l’initiative de résurgence du mouvement abolitionniste (IRA- non reconnue) de retour après un long séjour à l’étranger, a-t-on appris mercredi de source informée.

Il s’agit des sorties observées depuis le retour de Biram en Mauritanie. D’abord la visite de ce dernier à la famille de l’ex sénateur Mohamed ould Ghadde, celle des journalistes placés sous contrôle judiciaire et aujourd’hui chez les syndicalistes également sous contrôle judiciaire dans le cadre du dossier des poursuites pour corruption appelé ‘’ Bouamatou et consorts’’.

L’action consiste à faire parler des pro-Bouamatou dans la presse et la scène politique après une ‘’trêve’’ résultant du placement sous contrôle judiciaire ayant suivi l’inculpation d’une vingtaine de personnes soupçonnées de ‘’corruption aggravée’’  par l’argent de l’homme d’affaires pour saper et dénigrer les institutions de la république, ternir son image via la propagation et la diffusion de fausses informations et de faux rapports sur l’économie et la gouvernance en relation avec le projet de ould Bouamatou. ce dernier est sous le coup d’un mandat d’arrêt émis par la justice de son pays pour  »actions de sape, corruption et  association de malfaiteurs dans le but de porter préjudice à la paix civile ».

L’action de communication a atteint sa vitesse de croisière avec l’organisation d’une journée de solidarité avec ‘’les détenus’’ au domicile de l’ancien sénateur au cours de laquelle la ‘’militante’’ des droits des femmes Mme. Aminetou Mint El Moctar liée avec la fondation Bouamatou par un accord dit de ‘’partenariat’’  a ouvertement appelé au renversement du président Mohamed ould Abdel Aziz le qualifiant de ‘’Trump’’ de la Mauritanie.

L’accord de partenariat avec la fondation dite ‘’égalité des chances en Afrique’’ dirigée par ould Bouamatou porte sur une enveloppe de  40 000 000 (quarante millions) d’ouguiyas environ (103 000 euros) payable sur quatre tranches. L’objectif annoncé est de lutter contre les violences faites aux femmes mais la sortie de Mint El Moctar contre le président et son pouvoir semble être une des clauses de l’accord de ‘’partenariat’’ avec ould Bouamatou.

 

 

 

 

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *